Menu Fermer

Ouvrir un café, un bar et un magasin

J’ai ouvert un café il y a 7 jours. Ouais. J’ai encore de la peine à y croire.

Je ne suis de loin pas le seul qui, comme adolescent ou adulte, a rêvé d’ouvrir un café ou un bar. Ce sentiment de liberté, d’indépendance, construire un petit chez-soi que l’on va partager et soigner pour accueillir au mieux celles et ceux qui apprécieront ce qui a été développé.

Mais il faut pas se leurrer! Ouvrir un café n’a rien d’une aventure tranquille et le chemin est (surement) long pour que ce soit rentable, qu’on ne s’épuise pas à la tâche et qu’on y prenne vraiment plaisir. Rien de décourageant pourtant, simplement un peu de réalité. Et en fait, je n’ai aucune expérience dans ce domaine, donc je ne peux pas dire grand chose. Ce que je peux faire, c’est raconter comment nous avons fait, nous. A titre d’exemple, pas forcément exemplaire.

Pour l’ouverture de la WerkStadt Lorraine, nous avons pu compter sur l’aide de très nombreuses personnes et entreprises. Et beaucoup d’amis m’ont régulièrement demandé comment on ouvre un café.

On fait comment, partant de rien?

Alors, avec discussions et partages, j’ai décidé de conter cette aventure ici: depuis les idées jusqu’aux étapes plus concrètes, en passant par les challenges et difficultés, les joies et les moments de partage. Il y aura de tout de cette série, des choses ennuyantes et des choses plus fun, des faits et des émotions.

Sur internet, “comment j’ai ouvert mon restaurant” est une recherche qui a un intérêt prépondérant. “Comment j’ai ouvert un café” est plus rare. Dans les deux cas, on retrouve plutôt des sites d’entreprises de conseil pour ériger des business plans et des sites qui proposent des reportages (un peu du genre comme à la télé) sur des petites gens “qui ont tout plaqué pour ouvrir un café”. Alors ici, j’aimerais montrer une facette un peu différente. Sensible, car c’est une histoire personnelle, partagée, et très factuelle, car elle est composée de nombreuses étapes. De plus, c’est un récit très subjectif, issu d’une première expérience, qui ne doit pas être pensé comme un modèle, car de nombreuses choses n’ont pas été faites correctement – ou auraient pu être planifiées autrement (et mieux). Ce récit se veut inspirant, ouvert, honnête, émotionnel. Il veut montrer une autre façon de voir, et de faire les choses. Un peu comme le café qui va être ouvert, en fait.

Alors, bienvenue dans la WerkStadt Lorraine.

Une série d’articles qui va se rallonger de jours en jours, de semaines en semaines.

Posted in Café

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.